Actualités

Pourquoi les Bleus adorent les Europe par équipes
11/05/2017 (17h04)
Pourquoi les Bleus adorent les Europe par équipes

Les championnats d’Europe par équipes sont un rendez-vous incontournable pour les athlètes tricolores. Ils y retrouvent l’esprit d’équipe prôné en équipe de France.

« Cette compétition, ce sont les Interclubs de l’équipe de France. » En une phrase, Lolassonn Djouhan, le lanceur de disque en forme de ce début de saison estivale, résume bien l’état d’esprit des athlètes hexagonaux lors des championnats d’Europe par équipes. Un rendez-vous tourné vers le collectif, où « la réussite personnelle est éclipsée par celle de l’équipe », comme le décrit Christophe Lemaitre, un autre amoureux des Interclubs.

Les piliers des Bleus ont vécu de nombreuses émotions lors des championnats d’Europe par équipes. Renaud Lavillenie se rappelle encore précisément, par exemple, de ce concours à Cheboksary en 2015. En Russie, le recordman du monde se retrouve dos au mur après avoir raté ses deux premiers essais à 5,75 et 5,80 m. « Une bonne dizaine de mes camarades de l’équipe de France étaient au bord du sautoir, se souvient-il. Je sentais qu’il ne fallait pas que je me rate. Et c’est passé ! » A la fin des deux jours d’épreuves, les Bleus allaient monter sur la troisième marche du podium, avant de fêter leur médaille dans la fosse de steeple.

Mélina Robert-Michon était de la partie et, malgré un palmarès déjà bien rempli, n’avait pas boudé son plaisir en goûtant à cette nouvelle récompense. « Les émotions sont décuplées avec le groupe », souligne la vice-championne olympique du disque. Qui profite de ce genre de rendez-vous pour faire passer des messages à la nouvelle génération : « A mes débuts, j’aurais aimé avoir plus d’échanges avec des athlètes plus âgés et expérimentés que moi. J’essaye de rendre ça aux jeunes, sans tomber dans le côté donneur de leçon. »

Kafetien Gomis a eu la chance de vivre une Coupe d’Europe à domicile. C’était à Annecy en 2008, pour la dernière édition d’une compétition qui allait changer de nom l’année suivante, en devenant les championnats d’Europe par équipes. « Je me rappelle de l’ambiance et du public, retrace le triple médaillé européen. Lors du concours du triple saut avec Philips Idowu et Colomba Fofana, c’était la folie. Dans les tribunes, il y a toujours au moins une personne de l’équipe pour t’encourager. » Des encouragements qui débutent souvent bien plus tôt. « Le soutien qu’on s’apporte mutuellement entre athlètes, on le ressent dès le matin de la compétition à l’hôtel », affirme-t-il.

Le sauteur en longueur du Lille Métropole Athlétisme, parrain de ces championnats d’Europe par équipes avec son étiquette d’athlète du cru, le souligne avec justesse : « C’est cet état d’esprit qui a fait l’âme de l’équipe de France ces derniers temps. On le retrouve désormais aussi lors des compétitions individuelles, aux Mondiaux et aux Europe. On l’a dans les bagages et on l’emmène partout, peu importe où on se trouve dans le monde. » Une envie de réussir ensemble transfrontalière, qui ne demande qu’à s’épanouir au mois de juin à domicile, devant un public connu pour sa chaleur humaine et son enthousiasme.